LA DERNIERE GUERRE DES DIEUX de CECILE AMA COURTOIS

Plutôt adepte de polars et thrillers, j’avais quelques appréhensions à m’essayer à d’autres styles littéraires, et notamment le roman Fantasy. Pourquoi me direz-vous ? Parce que j’avais peur que tous se ressemblent (bon en même temps, ça peut s’appliquer aussi à mes polars et thrillers) et ne pas arriver à apprécier ma lecture. Mais, mais je suis curieuse et je pense qu’il ne faut pas rester entêté sur des idées préconçues. C’est ainsi que j’ai eu l’occasion de découvrir le 1er tome de La dernière guerre des Dieux de Cécile Ama Courtois. Ça m’a tellement plu que j’ai dévoré les 3 tomes suivants dans la foulée !!

4ème de couverture du tome 1 La Délégation : Quand un loup a rendez-vous avec la reine des elfes, mais que l’univers en a décidé autrement. Mille ans ont passé depuis les Eres Noires. Pourtant, elles restent une cicatrice que la paix n’a pas totalement effacée. Depuis que l’Unique a exilé Mörk Orn et ses Hordes dans une autre dimension, les peuples de Gahavia reconduisent leur alliance tous les dix ans lors de l’Assemblée des Nations, chez les Hauts-Elfes. Cette année, c’est au tour du prince Edoran d’y représenter son royaume : La Lycantie. Avec une délégation d’émissaires métamorphes, il entreprend un voyage aussi périlleux qu’exaltant à travers le continent. Idéalise et chevaleresque, Edoran va se retrouver plongé dans la pire tragédie que son monde ait connue depuis un millier d’années. Il découvrira alors que nulle paix n’est éternelle.

3 autres tomes suivent et les choses deviennent de plus en plus intenses au fil des pages. D’emblée, le premier tome pose le décor, qui me semble gigantesque, et on pénètre dans cet univers Fantasy Epique.

Depuis les heures sombres des Eres Noires qui ont failli détruire Gahavia, il n’existe plus de pont entre les diverses dimensions qui composent l’Ambar Neldëa. Tel est le souhait de l’Unique pour préserver la paix. Gahavia est la plus belle planète de l’Ambar Neldëa d’où les êtres des ténèbres ont été bannis par l’Unique et exilés vers les Terres Noires, une lointaine dimension. Ceux qui furent oubliés lors de l’exil général résident en petit nombre dans le marais maudit de Morlaune.

Depuis près de mille ans, la paix est revenue sur les terres de Gahavia à l’instigation des Hauts-Elfes et des métamorphes. Pour que cette paix, toujours fragile, puisse perdurer, tous les dix ans les différents peuples de Gahavia, désignés lors d’une cérémonie, se rassemblent et il revient au nouvel ambassadeur des différents peuples de veiller sur le Livre, un parchemin sacré dans lequel sont consignées les conditions de paix de Gahavia.

Alors que la grande cérémonie se prépare, une ombre noire envahit Gahavia. Mörk Orn et ses Hordes refont surface pour reprendre les terres de Gahavia dont ils ont été exilés…

Alors oui, nous sommes bien là dans une histoire de lutte du bien contre le mal. Ce à quoi je répondrais qu’il y a mille et une façons de l’écrire, et celle-ci m’a particulièrement convaincue et touchée. Les scènes de bataille sont si bien imagées que l’on se croirait au centre de l’action. En revanche, si vous cherchez un monde où règnent la fraternité, la solidarité, l’égalité, l’intelligence, le bons sens, la liberté, c’est à Gahavia qu’il faut s’arrêter. Ce livre est une bulle dans laquelle on s’isole volontiers. On y retrouve également notre âme d’enfant avec ces sentiments un peu primaires qui font que le monde est beau.

Parce que le monde ne tourne pas rond, parce que j’étais moi-même dans une situation médicale compliquée, cette aventure m’a aidée à me recentrer sur des valeurs que je croyais perdue et m’a un peu redonné espoir. Même s’il s’agit d’une fiction (parce que les métamorphes n’existent pas), beaucoup d’entre nous souhaitent vivre en harmonie et en paix. Dans un monde comme Gahavia en somme, avec du metal, évidemment !

J’ai beaucoup apprécié le dynamisme de cette quadrilogie, c’est une histoire qui se vit. Grâce aux détails très justement dosés, on se projette facilement dans les diverses actions et on se voit également voyager à travers les différentes contrées. J’ai ressenti énormément d’émotions au fil des pages, tantôt de l’amour, de la peur, de la colère, de la joie, de la tendresse et bien d’autres encore mais jamais d’ennui. On s’attache assez vite aux personnages, qu’ils soient ou pas du bon côté.

C’est une histoire très riche en tout point et qui plaira tant aux grands ados qu’aux adultes. Au cours de ma lecture, j’ai raté plus d’une fois ma station de métro, tellement happée par l’aventure. Peut-être en sera-t-il de même pour vous.

Ces romans sont en autoédition, aussi vous ne pourrez vous les procurer qu’en salon, sur le site internet de l’auteur, en ebook ou sur Amazon

Site internet : Cécile Ama Courtois autrice (cecileamacourtois.com)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s