Le Musée des Rêves de Miguel A. Seman

Lorsqu’il est contacté par Mendivez, un homme qui se prétend incapable de rêver, Rodolfo se dit qu’il va pouvoir se faire un peu d’argent, Mendivez lui proposant en effet d’acheter ses rêves. Mais vendre ses rêves n’est pas anodin et Rodolfo finit par se demander ce qui se cache derrière cet étrange commerce.

Il découvre alors l’existence d’un groupe clandestin dont les membres se préparent pour « le jour de tous les rêves » lors duquel ils comptent renverser le régime dictatorial qui plonge le pays dans les ténèbres.

Poétique et envoûtant, Le Musée des rêves interroge les possibilités de résistance dans une société où règne l’arbitraire et où prospèrent les petits collaborateurs d’un régime dont la violence n’épargne personne.

Roman magistral sur la mémoire, l’imagination et le pouvoir des livres, ce texte s’adresse aux légions de rêveurs qui ont soif de liberté, d’amour et de folie.

Romancier, nouvelliste et poète, Miguel A. Seman est né en 1957 à Monte Grande dans la province de Buenos Aires. Avec Le Musée des rêves, son premier roman, il s’affirme comme l’un des écrivains argentins les plus originaux de ces dernières années.

Que dire de plus que cette simple et efficace 4ème de couverture ! Ayant lu toutes les œuvres de Carlos Ruiz Zafon, je cherchais un auteur qui puisse me faire franchir de nouvelles frontière et me confondre entre la réalité, le rêve et le fantastique. Mon libraire m’a juste remis ce livre entre les mains sans m’en dire davantage. Etait-il, lui aussi, un passeur de rêve comme dans cette histoire ? Voulait-il me le remettre parce qu’il était fait pour moi ? Le mystère subsiste.

Fermement opposée à toute inscription, surlignage, page cornée, je comprends maintenant qu’il est important de coucher ses propres notes au fil des pages. C’est porter un message ou débuter une nouvelle histoire parallèle au récit. Et d’y glisser quelques rêves, car « ces rêves étaient notre dernier refuge. Des photos prises à contre-jour, qui enserraient le contour de ce que nous n’avions pu être. Comme les phrases trouvées dans les livres d’Helena ».

Ce roman est une magnifique histoire d’amour et d’amitié. Ce n’est en aucun cas une histoire à l’eau de rose, il s’agit là d’une autre forme de sentiment, celui qu’on porte aux objets et à l’insaisissable.

Pour en savoir davantage: http://www.ladernieregoutte.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s